Foire aux questions
• Quelles sont les actions de la Scapêche en matière de pêche responsable ?
• Quelles espèces pêchez-vous en Méditerranée ?
• Pêchez-vous du thon ? Quelle espèce, et où ?
• Que pensez-vous de la proposition d’interdire la pêche dans certaines zones pour protéger les coraux ?
• Avez-vous développé une technique pour lutter contre la mortalité aviaire
• Comment limitez-vous les pollutions de l’environnement liées à votre activité (rejets, déchets, huiles, gaz brulés…) ?
• Que faites vous pour limiter la consommation de carburant générée par vos bateaux ?
• Vous investissez-vous dans la lutte contre la pêche illégale ?
• Êtes-vous favorable au renforcement des contrôles en mer ?
• Avez-vous participé au Grenelle de la Mer ?
• Quels conseils donnez-vous aux consommateurs concernant leur consommation de poissons ?
• Comment sont constitués les équipages ?
• Quelle est la durée moyenne d’une marée ?
• Que faites-vous pour augmenter la sécurité à bord ?


Quelles sont les actions de la Scapêche en matière de pêche responsable ?

La Scapêche a engagé, depuis 2004, une démarche de reconnaissance « pêche responsable », garante du respect de nombreux critères s’appuyant sur les volets environnement, ressource, social, et qualité produit, et a déjà obtenu la reconnaissance pour 7 espèces : lieu noir, lotte, sabre noir, lingue bleue, légine, merlu, tourteau.

Quelles espèces pêchez-vous en Méditerranée ?
La Scapêche ne pêche pas en Méditerrannée.
Les zones de pêche où ses navires interviennent sont situées :

  • dans certaines zones des mers d'Europe, zones définies par le Conseil International pour l'Exploration de la Mer (CIEM) pour 16 de ses 17 navires
  • dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), autour des îles Kerguelen et Crozet, dans le cas du palangrier Ile de la Réunion.

Pêchez-vous du thon ? Quelle espèce, et où ?
En saison, habituellement entre juillet et octobre, la Scapêche réalise des captures de thon germon, ou thon blanc.
Ces prises sont réalisées grâce au chalut pélagique en boeuf à bord des navires Bougainville et La Pérouse, ainsi que du Fastnet. La zone de pêche s'étale du Golfe de Gascogne à l'Ouest de l'Irlande.


Que pensez-vous de la proposition d’interdire la pêche dans certaines zones pour protéger les coraux ?
Grâce à la collaboration avec les pêcheurs, de nombreuses zones présentant des coraux ont été identifiées et interdites à la pêche par la Commission Européenne. (Voir à ce sujet la carte PMA des habitats vulnérables profonds)

Avez-vous développé une technique pour lutter contre la mortalité aviaire
La Scapêche côtoie de nombreuses espèces marines lors de ses marées, qu'elle respecte et tient à préserver dans leurs écosystèmes.
Pour la pêche à la palangre, afin de préserver les oiseaux marins, la Scapêche pratique le filage de nuit et le virage des lignes le jour.


Comment limitez-vous les pollutions de l’environnement liées à votre activité (rejets, déchets, huiles, gaz brulés…) ?
La Scapêche s'est engagée, dans le cadre de sa démarche de pêche responsable, à limiter son empreinte carbone.
Elle a donc choisi d'agir à plusieurs niveaux, depuis la mise en exploitation de navires récents jusqu'à l'organisation logistique (avec système des bases avancées), en passant par la réduction des déchets à bord (tri sélectif).


Que faites vous pour limiter la consommation de carburant générée par vos bateaux ?
La Scapêche mêne plusieurs actions pour réduire son empreinte carbone.

En particulier, l'organisation logistique du transport du poisson depuis les zones de pêche distantes vers la France limite les déplacements des navires grâce au système des bases avancées et à l'optimisation des camions aux quantités pêchées.


D'autres mesures concernent l'optimisation du régime des moteurs, qui influe directement sur leur consommation :

  • utilisation d’économètres à bord des bateaux
  • adaptation de la vitesse du navire en route pour un rapport vitesse / consommation raisonnable
  • études sur l’amélioration du train de pêche, pour optimiser les flux d’eau et diminuer la résistance

Vous investissez-vous dans la lutte contre la pêche illégale ?
La Scapêche lutte activement contre la pêche illégale. Ainsi, la Scapêche-COMATA exploite et cofinance aux côtés des autorités françaises le patrouilleur Osiris, un ancien navire braconnier basé à la Réunion confisqué par les Affaires Maritimes et reconverti en navire de surveillance, afin de faire cesser la pêche illicite au large des îles Kerguelen.
Les navires de la Scapêche sont fréquemment contrôlés, en mer et à quai, et les données logbook sont croisées avec les ventes enregistrées en criée.

Êtes-vous favorable au renforcement des contrôles en mer ?
La Scapêche et les organisations de producteurs ont participé activement à la confection du cahier des charges pour l’élaboration du logbook électronique, dont la mise en place est imminente.

Avez-vous participé au Grenelle de la Mer ?
En 2009, la Scapêche, premier armateur de pêche fraîche de France, a effectivement été consultée dans le cadre du Grenelle de la Mer lancé conjointement par :

  • Jean-Louis Borloo, ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire,
  •  Dominique Bussereau, Secrétaire d’Etat aux Transports,
  • Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie,
  • Hubert Falco, Secrétaire d’Etat à l’Aménagement du territoire

La Scapêche a été auditionnée dans le cadre de la mission « grands fonds », présidée par le député maire Philippe Boënnec.

Quels conseils donnez-vous aux consommateurs concernant leur consommation de poissons ?
Les nombreuses espèces pêchées par Scapêche permettent d’apprécier, en toute saison, du poisson de bonne qualité et à un prix abordable, dont la consommation est vivement conseillée pour la santé.

Comment sont constitués les équipages ?
Chaque navire possède un équipage fixe, relevé (pour certains) par tiers. Le service du personnel, à terre, se charge du recrutement, en cas de nécessité.

Quelle est la durée moyenne d’une marée ?
Tout dépend de la technique de pêche et surtout de la distance des zones de pêche du navire.
A titre d'exemple, la marée du bolincheur Tximistarri II dure une journée, alors que la marée du palangrier Ile de la Réunion dure en moyenne 3 mois. Pour la plupart des autres navires, la marée dure en moyenne entre 8 et 12 jours.

Que faites-vous pour augmenter la sécurité à bord ?
La Scapêche organise régulièrement des réunions du CHSCT (Comité d’Hygiène, Santé et des Conditions de Travail). Un Document Unique de Prévention (DUP) est présent à bord de chaque navire.
En 2010, Scapêche a organisé des sessions de formation et de sensibilisation à la sécurité pour ses équipages. Elle a également développé une collaboration avec l’IMP (Institut Maritime de Prévention), qui a embarqué à bord de chaque navire pour réaliser un diagnostic sécurité et la sensibilisation des équipages aux règles de sécurité et équipements de protection individuels.
Mariette Le Roch II (© Yannick Charles)
Mariette Le Roch II (© Yannick Charles)
Locaux Scapêche à Lorient (© Maëla Bourdet)
Locaux Scapêche à Lorient (© Maëla Bourdet)
Virage du Chalut (© Yvon Le Roy)
Virage du Chalut (© Yvon Le Roy)
Dans la tempête (© Yohann Le Gal)
Dans la tempête (© Yohann Le Gal)
Débarque à Lochinver (© Renan Via)
Débarque à Lochinver (© Renan Via)
Julien Coléou en pêche (© Romain Fageot)
Julien Coléou en pêche (© Romain Fageot)
L'arrivée du chalut (© Frédéric Graf)
L'arrivée du chalut (© Frédéric Graf)
Le fourreau à couteau (© Frédéric Graf)
Le fourreau à couteau (© Frédéric Graf)
L'Ile de la Réunion (© Don à la COMATA)
L'Ile de la Réunion (© Don à la COMATA)
Capitaine (© Frédéric Graf)
Capitaine (© Frédéric Graf)
Débarque à Lochinver (© Romain Fageot)
Débarque à Lochinver (© Romain Fageot)
Virage du Chalut (© Frédéric Graf)
Virage du Chalut (© Frédéric Graf)
Dans la houle (© Yohann Le Gal)
Dans la houle (© Yohann Le Gal)
Départ de Lochinver (© Yannick Charles)
Départ de Lochinver (© Yannick Charles)
Maillage de la chaîne (© Jean-Pierre Bourdet)
Maillage de la chaîne (© Jean-Pierre Bourdet)
Pierre-Jacques Matigny (© Romain Fageot)
Pierre-Jacques Matigny (© Romain Fageot)
Virage du chalut (© Romain Fageot)
Virage du chalut (© Romain Fageot)
Débarque des tourteaux du Zubernoa (© Maëla Bourdet)
Débarque des tourteaux du Zubernoa (© Maëla Bourdet)
A quai à Lorient le 15/11/07 (© Thierry Creux)
A quai à Lorient le 15/11/07 (© Thierry Creux)
Virage des casiers sur le Zubernoa (© Lucas Le Sauce)
Virage des casiers sur le Zubernoa (© Lucas Le Sauce)
Pêche du Tximistarri II (© Tristan Douard)
Pêche du Tximistarri II (© Tristan Douard)
Mariette Le Roch II (© Yohann Le Gal)
Mariette Le Roch II (© Yohann Le Gal)
Amarrage le long du quai (© Alain Roupie)
Amarrage le long du quai (© Alain Roupie)
Bougainville (© Estelle Salvert)
Bougainville (© Estelle Salvert)
Fastnet (© Benoît Gidouin)
Fastnet (© Benoît Gidouin)
Héliotrope
Héliotrope
Jean-Claude Coulon II
Jean-Claude Coulon II
La Pérouse (© Estelle Salvert)
La Pérouse (© Estelle Salvert)
Claude Moinier II (© Lucas Le Sauce)
Claude Moinier II (© Lucas Le Sauce)
Ksora (© Scapêche)
Ksora (© Scapêche)
Mirentxu I (© Scapêche)
Mirentxu I (© Scapêche)
Pierre-Jacques Matigny (© Romain Fageot)
Pierre-Jacques Matigny (© Romain Fageot)
Rossoren (© Alain Roupie)
Rossoren (© Alain Roupie)
Tximistarri II (© Tristan Douard)
Tximistarri II (© Tristan Douard)
Zubernoa (© Maëla Bourdet)
Zubernoa (© Maëla Bourdet)
La marée (partie 1)
La marée (partie 2)
La marée (partie 3)
La marée (partie 1)
La marée (partie 2)
La marée (partie 3)