Une logistique efficace : le système des bases avancées
Afin de maîtriser sa logistique, la Scapêche a organisé des bases avancées, stratégiquement disposées en fonction des zones de pêche des navires. Elles sont au nombre de trois :
  •  


Les bases avancées sont ainsi au plus près des zones de pêche des navires de la Scapêche et de leurs besoins.

Elles permettent de réduire les contraintes en termes d’assistance technique, mais aussi de logistique (débarquement, aéroports disponibles, transporteurs, etc…).

Elles évitent également aux bateaux de revenir à leur port d'attache en Bretagne à chaque fois, ce qui contribue à réduire notre empreinte carbone.


La base avancée de Lochinver et la course contre la montre


 

Lochinver est une petite place du nord de l’Ecosse en plein cœur des Highlands. Environ 400 habitants à l’année et une place forte en ce qui concerne le débarquement de poissons frais. Français, Espagnols, Féringiens ont l’habitude de le fréquenter régulièrement. Nos navires y font escale une fois par semaine pour le débarquement des poissons issus de leur pêche, la rotation des équipages et l’avitaillement du navire, c'est à dire l’embarquement des vivres, du matériel de pêche de rechange et des contenants vides qui serviront à stocker le poisson de la prochaine marée.

L’avitaillement dans sa totalité provient du siège de l’armement à Lorient, les différentes commandes des navires y sont traitées par le service achat  l’acheminement jusqu’à Lochinver se fait par camion. Les arrivées des camions d’avitaillement à Lochinver coïncident avec les arrivées des navires, et il arrive souvent que les navires et les camions touchent le quai au même moment ! Une fois la totalité des opérations de débarquement pêche terminées, les camions prennent la direction du port de pêche de Lorient avec leur précieuse cargaison. Ils arriveront à Lorient un jour et demi jour plus tard et pendant ce trajet de 1500 km, le poisson « Scapêche » reprendra une deuxième fois la mer quand il faudra traverser la Manche par ferry entre l’Angleterre et les ports normands de Cherbourg ou Caen.

  La rotation des équipages se fait à chaque toucher du bateau à Lochinver. L’équipage est relevé par tiers, par avion. Un marin restant 3 semaines à bord, il effectue donc « 3 marées » pour une semaine de repos à terre.

Il faut environ 2 heures d'avion pour rallier Lorient à l’aéroport d’Inverness, suivies de 2 heures de route jusqu'à Lochinver. Là aussi, il arrive souvent que l’avion en provenance de Lorient et les marins en provenance de Lochinver arrivent au même moment sur le tarmac de l’aéroport d’Inverness, situé non loin du mythique Loch Ness. Il faut environ une douzaine d’heures à nos navires pour effectuer en totalité les opérations précédemment citées. Si l’on ajoute à cela les 36 heures nécessaires aux camions pour rallier Lorient, nous arrivons à 48h, c’est au bout de ces 48h que le poisson sera vendu à la criée de Lorient.

Par comparaison, il aurait fallu 72h au navire pour rallier par ses propres moyens le port de Lorient. L’économie en termes de carburant consommé est très importante. Dans ce système, le poisson arrive également beaucoup plus tôt à Lorient. Ce gain n’est pas négligeable quand il se vérifie jusque dans l’assiette du consommateur. Quant au navire, il a déjà remis en pêche depuis fort longtemps…