Nos techniques de pêche

La bolinche, ou senne tournante

La bolinche est une technique de pêche utilisée sur les navires de la Scapêche  Tximistarri II, Mirentxu I, Face à la Mer et Jimorhan.
Elle permet de capturer les poissons pélagiques, notamment les poissons bleus, comme le maquereau ou la sardine.
Elle se base sur des filets utilisés en surface pour encercler des bancs de poissons. Des flotteurs sont fixés sur la partie supérieure tandis que la partie inférieure est lestée. Une coulisse permet le boursage du filet (fermeture de la partie inférieure) qui peut ainsi retenir la totalité du poisson encerclé. La mise à l'eau de la bolinche se fait à grande vitesse pour encercler le poisson le plus rapidement possible, préalablement détecté visuellement ou par les sonars. Le temps nécessaire à la capture du poisson, depuis le début de la mise à l'eau jusqu'à la fin du boursage, est approximativement d'un quart d'heure. Le poisson est ensuite amené à bord avec une salabarde.
Grâce à cette technique, la Scapêche s'assure une bonne sélectivité des espèces et une excellente qualité puisque le poisson est ramené vivant le long du bord.
 
 

Le chalut pélagique

La Scapêche utilise les chaluts pélagiques en bœuf lors de la saison du thon germon, avec ses navires Bougainville, La Pérouse et Fastnet.
Le chalut pélagique en bœuf est un filet remorqué par 2 navires, constitué d'un corps de forme conique, fermé par une poche que l'on appelle le cul de chalut, et prolongé à l'avant par des ailes. Les chaluts pélagiques de la Scapêche évoluent en pleine eau, depuis la surface jusqu'à proximité du fond. Les pièces de la partie antérieure sont le plus souvent réalisées en très grandes mailles, ou avec de simples cordages, qui rabattent les bancs de poisson vers la partie postérieure du filet. Le contrôle de la profondeur de pêche se fait habituellement au moyen d'un sondeur situé à l'avant du chalut.
La Scapêche retire de cette technique les avantages liés à sa bonne sélectivité entre les espèces. Cette sélectivité est due au comportement des espèces ciblées qui vivent souvent en bancs homogènes.
 
 

Le chalut de fond

La Scapêche dispose de 13 navires pratiquant la pêche au chalut de fond . Le chalut est remorqué par le navire par l'intermédiaire de câbles en acier appelés funes. Son ouverture horizontale est assurée par les panneaux divergents, en général rectangulaires, situés 50 à 100 mètres en avant du chalut. Son ouverture verticale est assurée par des flotteurs situés dans l'extrémité avant supérieure du filet.
Un navire remorque en général un chalut ; c'est le cas des navires Jean-Claude Coulon II, Mariette Le Roch II, Pierre-Jacques Matigny, Claude Moinier II, Alya, Effera et Héliotrope de la Scapêche. Elle dispose également de 6 navires pêchant en chaluts jumeaux (Fastnet, Julien Coléou, Ksora, Rossoren, Bougainville et La Pérouse) pour lesquels le navire remorque simultanément deux chaluts à l'aide d'un gréement spécial. Avec cette technique, la Scapêche capture ainsi les espèces qui vivent à proximité du fond.
 
 

La palangre

Le palangrier de la Scapêche - COMATA se nomme Ile de la Réunion, il est l'un des rares bateaux à être autorisé à pêcher la légine. Les palangres sont des lignes munies d'hameçons sur lesquels sont placés des appâts pour capturer les poissons en quête de nourriture. A l'aide d'ancrages et de flotteurs, ils peuvent être posés sur le fond ou à proximité du fond. La Scapêche apprécie cette technique de pêche pour sa bonne sélectivité (le choix du secteur de pêche et de l'appât permet une sélection fine des espèces et les tailles) et l'excellente qualité du poisson pêché dont la fraîcheur est optimale.
 
 

Les casiers

La Scapêche possède également un caseyeur, le Zubernoa, qui met à l'eau des casiers pour la pêche aux tourteaux. Les casiers sont constitués d'une structure rigide recouverte de filet. Une ouverture dite goulotte est pratiquée dans le filet pour laisser entrer l'animal ; elle est positionnée de telle sorte qu'il ne puisse pas ressortir aisément. Un appât est placé à l'intérieur du casier pour attirer les tourteaux.
Les casiers ou nasses sont en général sélectifs, et quand ils capturent des animaux d'une taille inférieure à la taille légale, les pêcheurs peuvent les rejeter vivants à l'eau. Ils sont respectueux des habitats et ne créent pas de dommage sur les fonds marins. La qualité des produits ramenés à bord est excellente, l'ensemble des individus restant vivants dans les pièges.